Coworker du mois : Pauline

Coworker du mois : Pauline

Qui es-tu?

Qui suis-je? Je réfléchis… Je suis Pauline, citoyenne du monde !
Je travaille pour une ONG qui oeuvre pour les enfants des rues de MANILLE capitale des Philippines.
Je suis aussi musicienne.

Que fais tu à Ecoworking? Ton job?

Comme je disais, je travaille pour Virlanie.
Sinon je fais aussi beaucoup de roulettes ! Et je rencontre tous les jours des personnes authentiques. Je suis venue à Ecoworking pour ça :  partager plus qu’un lieu de travail et le résultat va au delà de mes espérances.

Tes compétences en mots clés?

Gestion de projets
Communication
Management d’équipe (gestion des bénévoles)

Ce que tu aimes?

Une bonne bouffe un dimanche midi avec les amis, la petite playlist en fond qui va bien et un jeu de société qui nous fait rire. Ca pour moi c’est la vie. Ce sont des moments que je privilégie, ce sont toujours des bons moments. Ou sinon un pique nique en campagne.
Et le voyage en sac à dos à la rencontre du monde. Aller à la rencontre des locaux, avoir l’humilité de se mettre dans leurs baskets (ou leurs tongs !) pour voir et comprendre comment ils vivent, sortir des sentiers battus. Être proche de l’humain et d’un monde qu’on ne connaît pas, avoir cette curiosité là sans être intrusif bien sûr.

Ce que tu n’aimes pas?

L’irrespect. Sous toutes ses formes, c’est vraiment quelque chose où j’ai du mal à me contenir lorsque ça arrive en face de moi. Et aussi l’intolérance. En tant qu’Humain, on est censés se soutenir et être bienveillants, peu importe les choses qui nous sépare. C’est peut-être très cliché mais ce sont des valeurs qui me tiennent énormément à coeur.
Et sinon je n’aime pas les choux de bruxelles. Et le pollen, ca me donne envie de vomir !! Vieux souvenir d’enfance…

Plutôt musique ou plutôt livre?

Dur ! Les deux. Je n’arriverai pas à dissocier. Enfin si, quand même la musique, elle me berce depuis que je suis toute petite… même si les livres ont une grande importance. Ma mère nous a poussé à lire avec ma sœur quand on étaient petites et aujourd’hui je me rends compte du bénéfice d’avoir appris à prendre plaisir à lire des livres différents. Ça a beaucoup joué sur l’imagination, la prise de conscience, etc..

En ce moment je lis l’amie prodigieuse, d’Elena Ferrante. Ce que je trouve intéressant c’est qu’on en apprend davantage sur Naples et la vie italienne des années 50. Et juste avant j’ai lu Karitas, l’esquisse d’un rêve de Kristín Marja Baldursdóttir, et le livre retrace toute la vie d’une enfant islandaise. A travers ce bouquin, tu découvres l’évolution du pays, les transports,  les mentalités, les codes vestimentaires… Hyper intéressant !

En musique en ce moment j’écoute beaucoup d’électro chill : profond, puissant avec une belle mélodie. Mais j’ai envie de retourner aux sources car à la base je suis quand même bien rock, je me suis remis Arctic Monkeys, Muse que j’adore..
Et s’il devait y avoir qu’un seul morceau ce serait Crime of the Century de Supertramp.

Ton talent caché?

J’espère en avoir un, c’est toujours bien de découvrir quelque chose sur soi, surtout si c’est un talent !
Quand les gens apprennent que je fais de la batterie, je vois toujours l’étonnement sur leurs visages et ça c’est assez drôle parce qu’on a pas l’habitude de voir des filles derrière une batterie et de s’imaginer l’énergie donnée ! Il faut quand même tenir une paire de baguette et s’acharner sur des tomes et des crashs !
Si on peut dire que c’est un talent, le plus beau que j’ai découvert c’est celui là, la batterie : je la mimais avant même d’en toucher une !

Un talent que tu n’as pas du tout?

Le sport c’est pas du tout mon truc, mais c’est pas un talent ! Par contre je suis nulle en dessin ! Je ne sais même pas dessiner un chat ! Au Pictionnary, il faut pas se mettre avec moi..

Ton endroit préféré?

Les rizières que j’ai vu à Batad et Banaue aux Philippines, c’est un lieu où l’humain s’est mis en accord avec la nature, la montagne a été creusée pour créer des rizières, c’est fou à voir. C’est beau et pas intrusif dans la nature, et ça permet aux hommes de manger. Ce n’est pas le lieu où je vais tous les jours mais ca m’a marqué.
Sinon un lieu que j’apprécie est un village à côté de chez moi, Urtis, d’où l’on voit une belle partie de la vallée de la Durance.

Pourquoi Ecoworking?

Le “E” a fait toute la différence. Parce que je suis bien écolo dans l’âme. Premier espace que j’ai visité, en ligne, et quand j’ai visité en vrai, je me suis dit “il faut que je vienne là”. Il y avait une superbe énergie dans les lieux, ça donnait envie d’y mettre sa patte.

Ton mot favori si tu en as un?

“Whaaaaaaaaaat?” A la base, ca vient de Barney de How I Met Your Mother il me semble !
“C’est une blague?” que ce soit en positif ou en négatif. J’aime l’idée de ne pas trop prendre certaines choses au sérieux !

Ton plat préféré?

La blanquette de veau de ma grand mère et le classique tomates mozzarella avec de bons produits, quand même ça cartonne ! Je suis très nourriture méditerranéenne.

Ta boisson préféré?

L’eau. Quand je rentre chez moi et que je bois l’eau de source de mon village, je reprends conscience de la valeur de cette “boisson” et du goût d’une vraie eau de source ! J’en prends conscience à chaque fois que je rentre.  Et le lait. J’adore goûter les différents laits, froids, purs.

 

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*